Légende pour la notation des films

Bienvenue dans mon univers filmique ! Ma mission ? (Re)voir tous mes films, séries Tv, documentaires et concert, tous genres confondus, sur tous supports, Vhs, Dvd, Dvd-r, Blu-ray (avec aussi les diffusions télévisées ou cinéma), et vous donner mon avis de façon simple et pas prise de tête sur chaque titre (re)vu ! C'est parti !

Légende pour la notation des films / 6

* * * * * * Nul / * * * * * * Mauvais / * * * * * * Passable / * * * * * * Moyen / * * * * * * Bien / * * * * * * Excellent / * * * * * * Chef-d'oeuvre
* * * * * * : The Only One. Le Seul, l'Unique, le film fétiche de l'auteur de ce blog...

AVERTISSEMENT : Certaines bandes-annonces ou extraits de films peuvent heurter la sensibilité du jeune public.


dimanche 3 mars 2013

COMEDOWN

COMEDOWN
(Comedown)

Réalisateur : Menhaj Huda
Année : 2012
Scénariste : Steven Kendall
Pays : Angleterre
Genre : Horreur
Interdiction : -12 ans
Avec : Gemma-Leah Devereux, Adam Deacon, Jessica Barden, Sophie Stuckey, Jacob Anderson...


L'HISTOIRE : Pour gagner un peu d'argent, Lloyd et sa bande accepte d'aller poser l'antenne d'une radio pirate au vingtième étage d'un immeuble abandonné. Le petit groupe en profite pour squatter les lieux et faire la fête. Mais ils ne sont pas seuls. Dans les couloirs rôde un individu qui a bien l'intention de ne pas les laisser partir vivant...

MON AVIS : Les films mettant en scène des adolescents de la banlieue londonienne, le réalisateur Menhaj Huda connaît, s'étant fait remarquer en 2006 avec Kidulthood. Il retrouve d'ailleurs l'acteur Adam Deacon dans Comedown, film de 2012 qui dresse à nouveau le portrait de jeunes issus des banlieues, mais en les incluant cette fois dans le contexte d'un film d'horreur urbain. Arabe, noir, blanc, les protagonistes de Comedown sont de toute nationalité et malgré les embrouilles et les mots qui partent plus vite que leur pensée, une profonde amitié les unie. En particulier Lloyd qui vient de sortir de prison et qui retrouve sa petite amie Jemma, enceinte de trois mois. Le petit groupe va donc se retrouver dans un immeuble délabré, mal éclairé, vétuste au possible et après une petite demi-heure pas vraiment intéressante mais qui nous permet de faire connaissance avec les héros, le film social va progressivement faire place au slasher movie. La possibilité d'une présence autre que celle de nos compagnons va faire monter la tension d'un cran et le réalisateur s'amuse avec son décor, composé de couloirs lugubres, d'une cage d'ascenseur et de plusieurs portes d'appartements derrière lesquelles peut se cacher tout et n'importe quoi. Ou n'importe qui. La mise en scène est assez efficace et les acteurs s'en sortent plutôt bien, donnant un côté très réaliste à l'ensemble. La présence d'un tueur ravagé du ciboulot va corser l'affaire et on assistera à quelques meurtres sympathiques, dont un au pistolet à clous. Si tout est plutôt bien amené et que la réalisation est de qualité, Comedown n'a pourtant pas fonctionné à 100% sur moi. Si l'aspect réaliste des situations est bienvenue et que les personnages agissent de façon plus censée que la moyenne, le film n'évite pas toujours les clichés et pour un fan du genre, Comedown n'apportera rien de bien neuf ni de vraiment original. L'identité du tueur se devine quasiment dès le début du film mais ce détail n'est pas bien grave. On sent que Menhaj Huda a voulu faire de son mieux mais au final, on reste dans le déjà vu et rien ne vient nous ébahir ou nous surprendre. De bonnes idées, un casting correct, une bonne utilisation des décors pour un film d'horreur qui reste dans une bonne moyenne, s'avère certes plaisant mais qui ne transcende pas le genre et pourra même paraître anodin aux habitués.

NOTE : 3/6


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire