Légende pour la notation des films

Bienvenue dans mon univers filmique ! Ma mission ? (Re)voir tous mes films, séries Tv, documentaires et concert, tous genres confondus, sur tous supports, Vhs, Dvd, Dvd-r, Blu-ray (avec aussi les diffusions télévisées ou cinéma), et vous donner mon avis de façon simple et pas prise de tête sur chaque titre (re)vu ! C'est parti !



AVERTISSEMENT : Certaines bandes-annonces ou extraits de films peuvent heurter la sensibilité du jeune public.




vendredi 19 mars 2021

LE BOSS

 

LE BOSS
(Il Boss)

Réalisateur Fernando Di Leo
Année : 1973
Scénariste : Fernando Di Leo
Pays : Italie
Genre : Policier
Interdiction : -12 ans
Avec : Henry Silva, Richard Conte, Gianni Garko, Antonia Santilli, Marino Masé...

L'HISTOIRE Homme de main de Don Giuseppe Daniello, lui-même principal lieutenant de Don Corrasco, Nick Lanzetta profite que la famille ennemie soit réunie dans un cinéma pour la décimer à coups de lance-grenade. Cet événement sera le déclencheur d'une montée de violence entre les deux familles, entre chantage, enlèvement et meurtres. Lanzetta sera commandité par Don Corrasco pour rétablir l'ordre...

MON AVIS : Pour son dernier segment de sa Trilogie du Milieu entamée en 1972 avec Milan Calibre 9 et Passeport pour Deux Tueurs, Fernando Di Leo a encore élevé le niveau avec Le Boss, qui est assurément mon film préféré parmi les trois. Acteur secondaire dans Passeport pour Deux Tueurs, Henry Silva devient ici l'acteur principal et il porte Le Boss sur ses épaules, interprétant avec maestria un tueur implacable, qui va se retrouver au milieu d'une guerre entre deux familles mafieuses, ce qui va lui permettre de progresser dans la hiérarchie de la Famille. Même si, pour ce faire, il va devoir faire des choix douloureux. Le Boss est un excellent film sur la mafia, son code d'honneur, sur le fait que la Famille passe avant tout autre chose, sur les rivalités entre gangs, sur la violence de ses membres, et sur le fait que toutes les parties de l'Etat sont corrompues par l'argent, que ce soit la police, représentée ici par le commissaire Torri (Gianni Garko), le préfet, la magistrature et j'en passe. Adapté d'un roman américain de Peter McCurtin, Il Mafioso, et scénarisé par Fernando Di Leo lui-même, Le Boss s'éloigne de Milan, lieu d'action des deux précédents films de la Trilogie du Milieu et s'installe à Palerme. Un changement de décor qui n'empêche pas le réalisateur de conserver tous les éléments propres au film de mafia, à savoir trahison, rebondissements, violence exacerbée et misogynie. La scène d'introduction ne leurre guère le spectateur sur ce qu'il va voir : Henry Silva, monolithique, s'incruste dans un cinéma privé où les membres influents d'une famille mafieuse vont regarder un film porno et va les dessouder à grand coup de lance-roquette ! L'ambiance est plantée ! La suite sera du même acabit, avec le début de la vengeance de la famille attaquée, qui va kidnapper Rina Daniello, la fille d'un parrain. Malin, Di Leo nous fait penser que la pauvre Rina, jouée par la ravissante Antonia Santilli, va subir moult agressions et violences contre son gré mais pas du tout. La jeune fille est émancipée, fait partie de la génération hippie, et ne demande qu'à être sautée par tout mâle présent, ce qui nous vaut un peu d'érotisme bon enfant, l'actrice, pourtant timide sur le plateau, ne se privant pas de se montrer nue à l'écran. Elle représente l'antithèse de son père mafieux, en signe de rébellion peut-être ? On trouve également dans Le Boss une dimension émotionnelle qui n'existait pas dans les deux autres films, ou, du moins, qui n'était pas autant mise en avant. Certaines scènes, certains choix de notre Hitman joué par Henry Silva versent dans le drame, que la très belle partition de Luis Bacalov, qui prend parfois des sonorités rock, vient magnifier. La progression de l'histoire est soignée, rythmée et réserve bien des rebondissements. Le film n'est pas parfait, il tire parfois un petit peu en longueur, notamment avec les séquences avec le préfet ou le commissaire Torri, qui sont développées par Di Leo pour insister sur l'état du système et la corruption qui y règne. Mais elles ont tendances à alourdir le rythme du film. Pas bien grave vu les qualités de l'ensemble et le plaisir ressenti à sa vision. Assez nihiliste, ne présentant pas un aspect très glorieux de la mafia (tout le monde se trahit et s'entre-tue et pas forcément pour une cause noble opu un quelconque honneur bafoué), Le Boss est vraiment un très bon film policier italien, une pièce maîtresse du genre pour ma part.  

* Disponible en coffret DVD et coffret BR chez -> ELEPHANT FILMS <-
Film présenté en version française (cut) et version originale sous-titrée (uncut).



Aucun commentaire:

Publier un commentaire