Légende pour la notation des films

Bienvenue dans mon univers filmique ! Ma mission ? (Re)voir tous mes films, séries Tv, documentaires et concert, tous genres confondus, sur tous supports, Vhs, Dvd, Dvd-r, Blu-ray (avec aussi les diffusions télévisées ou cinéma), et vous donner mon avis de façon simple et pas prise de tête sur chaque titre (re)vu ! C'est parti !



AVERTISSEMENT : Certaines bandes-annonces ou extraits de films peuvent heurter la sensibilité du jeune public.




jeudi 11 mars 2021

LES YEUX DE SATAN

 

LES YEUX DE SATAN
(Child's Play)

Réalisateur : Sidney Lumet
Année : 1972
Scénariste Leon Prochnik
Pays : Etats-Unis
Genre : Thriller, Drame
Interdiction :/
Avec : James Mason, Robert Preston, Beau Bridges, Ron Weyand, Charles White...


L'HISTOIRE Paul Reis vient d'être engagé comme professeur de sport dans un établissement catholique pour garçons. Le jeune enseignant découvre qu'il règne dans la pension une étrange atmosphère. De violents incidents, sans explication rationnelle, éclatent entre les élèves. Deux professeurs de l'établissement semblent être à l'origine de ces débordements violents...

MON AVIS : Pourvu d'un titre français qui ne reflète pas vraiment son contenu, ce film réalisé par Sidney Lumet en 1972 est en tout cas une bonne surprise. Certes, Les Yeux de Satan est un titre efficace et qui donne de suite envie de se pencher sur le film. Sauf qu'ici, point de Satan ni même de fantastique. Ceux qui s'attendent à voir des messes noires ou autre apparition de bouc terrifiant en seront pour leur frais. Le titre original, Child's Play, soit Un Jeu d'Enfants, est nettement plus crédible et trompe moins sur la marchandise. Scénarisé par Leon Prochnik, qui adapte ici une pièce de théâtre de Robert Marasco qui a eu un grand succès à Broadway, avec plus de 300 représentation, Les Yeux de Satan n'en est pas moins inquiétant pour autant, même s'il n'y a aucune diablerie à se mettre sous la dent. L'action prend place dans une école catholique pour garçons. Les professeurs sont pour la plupart des hommes d'église mais on y trouve également des professeurs lambda, comme monsieur Dobbs, le professeur de poésie, ou monsieur Malley, le prof de latin. Un nouveau professeur de sport, monsieur Reis, fait son entrée dans l'établissement et il va vite être témoin du comportement étrange et surtout très violent de plusieurs étudiants, qui inflige des sévices corporels à leurs camarades, sans que ce derniers ne se défendent, comme s'ils acceptaient ces séances d'agressions. Le Père Mozian, directeur de l'école, fait état d'une augmentation de ses violences parmi les élèves mais ne se l'explique pas vraiment. Stress à l'approche des vacances d'hiver ? Hystérie collective ? Influence néfaste au sein de l'établissement ? Le titre français pouvait orienter vers cette troisième possibilité, surtout que deux professeurs sont particulièrement mis en avant dans le film : Dobbs (Robert Preston), un professeur qui semble apprécier de tous et Malley (excellent James Mason), qui, lui, provoque de vives réactions de rejet de la part des étudiants, étant bien trop rigide et ferme dans sa méthode d'enseignement du latin. James Mason donne une réelle épaisseur à ce personnage ambigu, très strict, mais qui semble toutefois affecté par les menaces et autres tentatives d'intimidation qu'il reçoit quotidiennement, comme si on voulait l'évincer de son poste de professeur. La présence des hommes en soutane laisse planer des doutes chez le spectateur, qui se demande si une confrérie de satanistes n'est pas en place dans l'école. Les violences commises par les élèves semblent ritualisées et la musique qui accompagne ces séquences d'agressions est tout à fait dans l'esprit d'un film satanique, un peu à la manière de la magistrale partition de Jerry Goldsmith pour La Malédiction. Les faux semblants sont légion dans le film et, malgré ses propres dires affirmant le contraire, j'ai trouvé que Sidney Lumet parvient souvent à créer une atmosphère étouffante et angoissante. Comme dit plus haut, il n'y a pas de notion de fantastique dans Les Yeux de Satan. On assiste bien à un combat, qu'on peut métaphoriquement s'imaginer être celui du Bien contre le Mal, mais entre les deux professeurs précités. Les faux-semblants sont présents dans ce film, et c'est au public de faire la lumière sur les intentions de chacun. Malley, qui est littéralement détesté par l'ensemble du corps professoral et étudiant, est-il réellement si mauvais que ça ? Il semble pourtant être plus victime que bourreau, dénonçant une influence maléfique dans l'école, qu'il met sur le dos de son confrère, le professeur Dobbs. Quant à ce dernier, est-il si gentil que ça ou cache-t-il un côté plus noire, plus manipulateur ? Cette dualité, cet affrontement entre deux fortes personnalités, sublimées par deux très bons acteurs particulièrement investit, est ce qui donne tout son intérêt à ce film méconnu de Sidney Lumet, peu cité quand on aborde sa filmographie. Constamment placé dans une incertitude quant aux événements qui se produisent devant ses yeux, le spectateur assiste, impuissant, à ce jeu de domination et de manipulation des masses, à l'image du professeur Reis (Beau Bridges, un peu en deça de ses deux camarades de jeu), qui ne parvient plus à faire la part des choses. Les yeux de Satan est un thriller original, jouant avec les codes du film sataniste pour mieux s'en écarter. L'histoire est singulière, intrigante, intéressante et la mise en scène, assez sobre, est élégante et adaptée au sujet, même s'il aurait mérité un peu moins de retenu. Une belle découverte en tout cas. A noter que le rôle tenu par Robert Preston devait, au départ, être joué par Marlon Brando mais ce dernier, apprenant que James Mason était au casting, a décliné l'offre !

* Disponible en combo DVD + BR chez -> RIMINI EDITIONS <- 
Image de grande qualité, VF + VOSTF. En bonus, une étude du film très intéressante par Michel Cieutat, critique de cinéma




Aucun commentaire:

Publier un commentaire