Légende pour la notation des films

Bienvenue dans mon univers filmique ! Ma mission ? (Re)voir tous mes films, séries Tv, documentaires et concert, tous genres confondus, sur tous supports, Vhs, Dvd, Dvd-r, Blu-ray (avec aussi les diffusions télévisées ou cinéma), et vous donner mon avis de façon simple et pas prise de tête sur chaque titre (re)vu ! C'est parti !



AVERTISSEMENT : Certaines bandes-annonces ou extraits de films peuvent heurter la sensibilité du jeune public.




vendredi 19 mars 2021

PASSEPORT POUR DEUX TUEURS

 

PASSEPORT POUR DEUX TUEURS
(La Mala Ordina)

Réalisateur Fernando Di Leo
Année : 1972
Scénariste : Fernando Di Leo, Augusto Finocchi, Ingo Hermes
Pays : Italie, Allemagne
Genre : Policier
Interdiction : -12 ans
Avec : Mario Adorf, Henry Silva, Woody Strode, Femi Benussi, Adolfo Celi...

L'HISTOIRE : Un parrain de la mafia new-yorkaise envoie deux tueurs à Milan, afin de liquider Luca Canali, un simple maquereau, victime d'une machination fabriquée par Don Vito Tressoldi, le parrain milanais. Ne comprenant pas pourquoi on le prend pour cible, Luca Canali va tout faire pour survivre et faire la lumière sur cette histoire d'argent volé...

MON AVIS : Après Milan Calibre 9, Fernando Di Leo poursuit son immersion dans la mafia italienne et tourne, en cette même année 1972, Passeport pour Deux Tueurs, également baptisé L'Empire du Crime ou The Italien Connection. Il fait à nouveau appel à Mario Adorf, le psychopathe déjanté du Milan Calibre 9 mais cette fois-ci, il lui donne le rôle principal. Un rôle bien éloigné du précédent puisque Adorf interprète ici un petit maquereau pas bien dangereux, voire presque minable, et qui va se retrouver d'un coup au sein d'une terrible machination mafieuse, devenant la cible prioritaire de la mafia milanaise mais également de deux tueurs de la mafia new-yorkaise ! Nettement moins exubérant que dans Milan Calibre 9, Mario Adorf trouve dans Passeport pour Deux Tueurs un excellent rôle et livre une très solide prestation, plus maîtrisée, plus en retenue et donc plus crédible. Ce qui est intéressant dans le film, c'est que son personnage va passer de statut de petit escroc sans intérêt à celui de cible puis de héros que le public va prendre en empathie. Le basculement s'opère petit à petit durant la progression de l'histoire, pour franchir un cap majeur lors d'un tragique événement, qui va pousser le personnage à réellement se prendre en main et à agir pour sa survie. Les deux tueurs du titre sont quant à eux interprétés par deux autres excellents comédiens, à savoir Henry Silva et Woody Strode. Deux mafieux en provenance de New York donc, et qui ont pour mission de tueur le héros, leur boss étant persuadé que c'est lui qui lui a volé une importante cargaison d'héroïne. Le tandem est impeccable, avec un Henry Silva grande gueule, aimant boire et faire la fête, et un Woody Strode totalement hermétique, impassible, au regard froid comme la mort. Pour l'anecdote, c'est ce duo blanc / noir qui a inspiré Quentin Tarantino pour le duo John Travolta / Samuel L. Jackson de Pulp Fiction. Un Tarantino qui n'a jamais caché son admiration pour les films de Fernando Di Léo et notamment sa Trilogie du milieu. Certaines séquences du film les mettant en vedette s'orientent presque dans le Buddy Movie, tant leur attitude frise la caricature. Qui dit film de mafia dit jolies filles, souvent malmenées d'ailleurs, et Passeport pour Deux Tueurs n'a pas oublié cet ingrédient. Barbara Bouchet cède donc la place à Femi Benussi, à Luciana Paluzzi et à Francesca Romana Coluzzi, ce qui n'est pas mal non plus ! Certaines subiront la violence mafieuse lors de scènes complaisamment filmées et misogynes, frappées, baffées sans retenue sous le regard lubrique et enjoué des hommes de main du parrain. La violence se montre assez crue dans Passeport pour Deux Tueurs, les femmes, les enfants et même les chats n'échappant pas à la brutalité des affrontements entre le héros et ses assaillants. L'action rythme l'histoire et dynamise l'ensemble. On retiendra particulièrement une course-poursuite superbement filmée par Di Leo et orchestrée par Remy Julienne, dans laquelle Mario Adorf poursuit une camionnette d'abord en voiture, puis à pied, s'agrippant comme il peut au véhicule qui fonce à vive allure dans les rues de Milan. Carambolage et suspense sont de la partie, pour une poursuite qui s'achèvera après une longue traque et de manière originale. La scène finale est aussi à mettre en valeur, avec son décor de vieille casse de voiture et sa violence exacerbée. C'est donc un film solide que nous offre encore Fernando Di Leo avec ce second segment de sa Trilogie du Milieu. Ceux qui trouvaient que Mario Adorf en faisait des tonnes dans le film précédent se doivent de découvrir celui-ci, ils risquent d'être surpris et ce, dans le bon sens du terme. Un film policier de très bonne facture.

* Disponible en coffret DVD et coffret BR chez -> ELEPHANT FILMS <-
Le film est proposé en version française (cut) et version originale sous-titrée (intégrale). 
René Marx nous parle du film en bonus, et on trouve également un petit documentaire d'époque contenant des interviews du réalisateurs et autres personnes ayant travaillés sur le film. Laurent Aknin nous propose quant à lui un module sur Fernando Di Leo.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire