Légende pour la notation des films

Bienvenue dans mon univers filmique ! Ma mission ? (Re)voir tous mes films, séries Tv, documentaires et concert, tous genres confondus, sur tous supports, Vhs, Dvd, Dvd-r, Blu-ray (avec aussi les diffusions télévisées ou cinéma), et vous donner mon avis de façon simple et pas prise de tête sur chaque titre (re)vu ! C'est parti !



AVERTISSEMENT : Certaines bandes-annonces ou extraits de films peuvent heurter la sensibilité du jeune public.




lundi 29 mars 2021

HALLOWEEN (2018)

 

HALLOWEEN (2018)
(Halloween)

Réalisateur David Gordon Green
Année : 2018
Scénariste Jeff Fradley, Danny McBride, David Gordon Green
Pays : Etats-Unis, Angleterre
Genre : Thriller, Horreur
Interdiction : -12 ans
Avec : Jamie Lee Curtis, Judy Greer, Andi Matichak, James Jude Courtney, Haluk Bilginer...

L'HISTOIRE : 40 ans après les tragiques événements s'étant déroulés à Haddonfield, lors de la nuit d'Halloween, Laurie Strode, unique survivante, vit recluse dans sa maison ultra-sécurisée, encore traumatisée par sa lutte avec Michael Myers. Ce dernier va être transféré dans un nouveau centre, une information qui ravive la peur de Laurie, qui craint pour la vie de sa fille Karen et de sa petite fille Allyson, une adolescente qui aimerait voir plus souvent sa grand-mère, et qui reproche à sa mère de la mettre à l'écart de la famille à cause de ses névroses. Lorsque le car servant au transfert des patients et de Michael Myers à un accident, le tueur mutique s'échappe et va tenter de retrouver celle qui lui a échappé il y a des années, semant la mort sur son passage...

MON AVIS : Tiens, une suite au film culte de John Carpenter. Mais il n'y en avait pas déjà eu, des suites ? Même qu'on apprenait que Laurie Strode était la sœur cachée de Michael Myers ! Eh bien oubliez tout ça, zappez toutes les séquelles qui ont existé, zappez Halloween 2, Halloween 4, Halloween 5, Halloween 6, Halloween 20 ans après et Halloween Resurrection, ainsi que les deux Halloween de Rob Zombie, qui étaient de toute façon déjà à part dans la saga, et bienvenu dans ce Halloween 2018, qui veut remettre les pendules à l'heure et s'affirme comme étant la vraie suite du film de 1978, rien que ça ! Le fait qui voudrait que Laurie soit la sœur de Myers est expédié en deux temps trois mouvements, avec un dialogue entre deux personnages qui nous explique que ça a été inventé de toute pièce, et hop, le tour est joué. La séquence générique, avec sa citrouille écrasée qui reprend forme pendant que les noms défilent à l'écran, telle Christine se reconstruisant face aux yeux de son propriétaire, nous fait comprendre que ce nouvel Halloween est bel et bien là pour relancer la franchise avec brio. Production Blumhouse, qui veut re-dynamiser le cinéma horrifique, Halloween 2018 voit un certain David Gordon Green se retrouver aux commandes et on peut dire que le réalisateur a pas mal réussi le pari qui lui était offert, avec quelques bémols tout de même. Concernant la star du film, à savoir Michael Myers bien sûr, point de déception ici. Monolithique, mutique, impassible, et surtout déterminé dans sa quête destructrice, il est bien mis en avant, traité avec respect, porte toujours son masque instantanément identifiable même si il a été légèrement modernisé, et se livre à quelques meurtres des plus sympathiques, souvent au couteau traditionnel mais aussi avec un marteau ou avec ses mains. Le niveau de violence graphique n'est pas très élevée mais on reste dans le domaine du réjouissant. Jamie Lee Curtis reprend à nouveau son rôle fétiche, avec quarante années de plus au compteur. La psychologie du personnage est certainement le point le plus intéressant du film et l'actrice peut se laisser aller à exprimer diverses émotions, jusqu'au grand final qu'elle aussi, attendait tant. La mise en scène de David Gordon Green fait le job, aligne les clins d'oeil en reproduisant même des plans du film de 1978, parfois en les inversant (cette fois, c'est Laurie qui regarde Allyson dans sa salle de classe, au même endroit ou elle apercevait Michael Myers la regarder 40 ans plus tôt...), s'amuse à faire porter les trois masques du mal-aimé Halloween 3 à un groupe d'enfants fêtant Halloween, et se montre nerveuse quand il le faut, parvenant à créer un semblant de suspense sans toutefois réussir à faire réellement frissonner le spectateur. Les éléments du slasher movie et de la mythologie inventée par John Carpenter et Debra Hill sont respectés et en terme d'efficacité, c'est plus que correct. Bref, ce cru 2018 d'une des plus célèbres sagas du cinéma d'horreur est un bon cru. Mais pas un millésime. La faute à des personnages inconsistants, qui ne servent qu'à être de la chair à canon pour Michael Myers. Certes, on est dans un slasher, donc la psychologie des personnages secondaires n'est pas la priorité de ce genre très prisé des fans me direz-vous. Ce n'est pas faux. Toutefois, on a souvent l'impression que lesdits personnages secondaires ne servent vraiment pas à grand chose, à l'image des deux reporters du début, passionnés par l'histoire de Laurie Strode et de Michael Myers mais qui disparaîtront assez rapidement et ce, de manière violente évidemment. Les ados du film ne sont pas mieux, même Allyson (Andi Matichak), petite fille de Laurie, n'est pas très intéressante au final. Si l'enfance de la fille de Laurie, Karen (Judy Greer), se montre mieux traitée, avec une formation digne de celle qu'a enseigné Sarah Connor à son fils dans une autre saga culte du cinéma, j'ai trouvé que les confrontations entre mère / fille / petite fille ne sonnent pas toujours juste et sont un peu forcées au niveau du jeu d'acteurs. De petits bémols donc pour ma part, qui n'empêche pas Halloween 2018 de m'avoir laissé sur une bonne impression générale, malgré un manque d'âme flagrant, et qui laisse augurer de belles choses pour les deux films à venir prochainement, Halloween Kills et Halloween Ends


Aucun commentaire:

Publier un commentaire